Les marcheurs immobiles du Caire, écarts, de quarts en cars.

Publié le par Le métaphraste graphomane du Val de Saône

IMG 2486
Moubarak !
Et vous tous les supplétifs du régime raciste d'Israël,
essayez de nous faire taire !

Le Caire, 
fin décembre 2009, moins le quart du RV, plus du quart d'entre nous arrivés, et toujours pas de cars, caramba! nous restons en carafe et prenons nos quartiers devant l'ambassade de france!
(oui, je sais, j'ai mis des minuscules, mais notre ambassadeur, dans cette affaire, ne sort pas grandi, quand à l'hexagone,
il semble avoir délégué là tous ses gones!) Nous savions pourtant, avant de partir, que nous n'avions aucune chance de réussir, mais nous sommes partis tout de même car cette chance impossible, il fallait bien essayer de la saisir! 
Nous avions dit, avant de partir, beaucoup de choses, trop à mon sens.
(lequel manifestement était désorienté)
Nous avions par exemple déclarés, bien roides dans nos convictions:
"Si le monde entier nous regarde, Israël ne pourra pas nous arrêter!"

IMG_1613.JPG

Le monde semble effectivement s'être réuni au Caire, mégapole tentaculaire de plus de 30 millions d'habitants, mais surtout de 30 millions de voitures et de taxis pollueurs qui, par empathie, klaxonnent devant notre attroupement.
Mais ce monde là, affairé qu'il est à survivre sous la botte d'une dictature qui semble remonter à des millénaires, à d'autres chats à fouetter
que d'oser se révolter, que d'oser nous soutenir ouvertement.
D'ailleurs, les rares taxis qui nous font le V de la victoire se font arrêter
un peu plus loin par des forces de police impressionnantes.
Sous leurs casques de CRS, toujours visible, l'aboutissement d'une pensée universelle hypothétique, le commencement d'un pavé sur une gueule.

IMG 2113

Non décidemment, notre salut ne viendra pas de la population Cairote, et encore moins de nos chauffeurs de cars qui, après avoir dûment encaissés en accompte la moitié de la somme destinée à notre voyage aller retour sur Rafah, nous font part de l'impossibilité qu'ils ont de nous conduire où que ce soit, le gouvernement egyptien les ayant menacés s'ils nous accompagnaient de retirer leurs licences.
Premier signe tangible de la collusion fusionnelle de deux états voisins, devenus ces dernières decennies deux grands amis, pour faire
le siège du troisième.  Qu'on en juge.
Durant ce même temps où nous (les 1400 touristes internationaux) sommes scotchés, confinés à résidence dans des hôtels pouilleux du Caire, debouts assis couchés sur les trottoirs les passeports et les visas, quelques centaines de touristes Israéliens débarquent,
eux, en Egypte et sans visa!

Alors, dans les cris du Zoo qui nous fait face, dans la poussiére acre qui semble vouloir nous ensevelir, je m'allonge sur le bitume
et m'isole autant que faire se peut avec mon pote Darwish,
dans ses poèmes qui m'ont fait m'échouer là.

.IMG 1896

Dans ce conflit inique et verbicide, il n'y a plus la place pour les états d'âme de doux rêveurs, tous les coups sont permis et Darwish est un chef de bande aux recrues innombrables. Par sa lecture, je largue au loin les évidences, je quitte délibérément les sentiers balisés de l'obéissance,
je me projette dans une réalité que j'ose penser différente.
 
Nous vivons une période tellement obscure de l'histoire, un sale moment  dans lequel l'hégémonie dominante ne paraît pas dépassable...
C'est pour çà que je m'accroche à tous ces mouvements prônant un autre possible monde. J'en ai un besoin viscéral, ne serait-ce que pour recharger mes accus en immergeant mes doutes dans de si beaux projets.

Combien de fois déjà suis-je parti vers ces territoires interdits?
Je ne sais plus mais jusqu'à ce jour j'étais toujours passé,
avec il est vrai de plus en plus de difficultés.
Là je suis soudain un peu dépassé un peu las, surpris par cette énorme mobilisation policière ici aussi, qui nous confine tous et chacun
dans des endroits différents,perdus dans cette grande cité,
avalés digérés par elle.

Cette question Proche Orientale, qui me tarraude et m'empêche de
dormir serein tant on me la serine inlassablement est pourtant simple,
quoiqu'on veuille en dire et médire.

La tragédie palestinienne représente à elle seule toutes
les dérives délétéres et criminelles de notre monde.
C'est une question de justice élémentaire, compréhensible
jusque par ma petite fille en classe élémentaire!
Pour Nelson Mandela, cette justice pour les Palestiniens est
"la plus importante question morale de notre temps".

Alors, en dépit ou grace à la monstration ostensible de toutes ces forces policières amassées non par le Hamas mais par Moubarak, n'entrons pas dans ce jeu violent où leurs viriles empoignades veulent nous mener, restons zen, et mes deux jeunes voisines japonnaises de chaussée semblent elles aussi partager mon point de vue en se levant et saluant à leur façon le soleil, sous  les yeux ébaubis et ravis de nos flics de service.

 ambassade_japonaises_show.jpg

Choisis ton camp, camarade CRS, une barrière, une barricade, un mur
ont toujours deux côtés!

 Nous, nous profitons de cette situation imposée pour mettre en exergue celle de nos amis palestiniens, pour redire au monde qui festoie, fait la bombe et bombance et peut-être aussi nous voit sur son petit écran que, pendant toutes ces decennies d'occupation et de depossession, 90% de la lutte du peuple palestinien a été non violente.

Nous, les gueux, mais aussi par contagion  les preux, les gens de rien mais également les gens de bien les gens de peu,
les Jacques Gaillot évêque de Partenia
et bon apôtre

 IMG 1935  Le Caire 027

et son conscrit le mâconnais Gerard Bonvilain vieux combattant
défenseur des droits de l'homme et irréductible athée,

Le-Caire-045.jpg Le-Caire-069.jpg

nous les Jean foutre et les dames Jeanne avons fait nôtre la cause palestinienne, depuis des lustres, avec ou sans éclats,
car la Palestine est encagée,
alors oui nous lui prêtons nos larmes pour émouvoir, nos jambes pour se mouvoir, nos bras pour sémaphore et nos bouches comme porte-voix.

Nous savons bien, de toute façon, que la Palestine embastillée n'a plus besoin de sortir de son cachot pour voyager et poser ailleurs sa requête,
car elle porte en elle l'humanité toute entière.

Nous portons cette légitime cause avec notre ire dans tous nos déplacements, nos manifes et nos témoignages,
à la façon, qui en vaut bien d'autres, d'un Martin Luther King
 ou d'un Gandhi l'élégant pas gandin représenté ici par son petit fils.

Et, dans notre marche arrêtée d'un trottoir du Caire, il y a une sorte d'irruption de présent de l'ici et maintenant, une erruption de l'histoire
qui se fait qui existe, pour une fois pour de bon.
Et ce combat-là n'est qu'un combat, il nous reste à continuer le début.

Les matraques arborées par nos gardiens casqués bottés me rappellent
que je n'appartiens vraiment pas à cet immonde monde qui rejette tout recours à la violence de la seule part des Palestiniens, même dans les cas de légitime défense, monde feutré peuplé de ces couards qui, demain, nous  reprocheront probablement notre inertie notre non violence du parvis de l'ambassade de france au Caire tout en en reconnaissant
l'empreinte  d'un  King et d'un Gandhi!

Qu'ils y viennent, au Caire! Je leur abandonne immédiatement la crasse dans laquelle je me suis lové et que d'autres chassent par tous les moyens, même si ça déride nos pandores.

IMG 2159

Qu'ils y aillent, à Jénine ou à Rafah, à Khan Younis ou à Gaza!

Ils en reviendront avec de nouvelles convictions, avec la certitude que les stratégies mises en place et utilisées contre l'apartheid en Afrique du Sud sont toujours valables, que le rouleau compresseur du BoycottDésinvestissementSanctions est seul en mesure de faire tomber tous ces affreux murs érigés par l'Occupant.

Dans une résolution, adoptée par 431 voix contre 62, l'Eglise presbytérienne étatsunienne a voté pour un processus de désinvestissement progressif
et sélectif dans les sociétés multinationales
qui font leurs sales affaires avec l'état voyou d'Israël.

Ca s'est fait à la suite de l'avis de la Cour Internationale de justice selon laquelle les "colonies" et le mur israélien étaient illégaux.
Moubarak avec son mur d'acier blindé devrait y regarder à deux fois!
Ce nouveau mur est au regard du droit international considéré comme un "cassus belli". Moubarak reçoit le prix de sa trahison au peuple arabe et tient sous sa férule une population, qui semble depuis les pharaons avoir toujours été asservie ! Connaissent-t-ils seulement, ces nervis du pouvoir avec leurs longs batons stationnant au milieu de l'avenue dans l'attente de l'ordre d'une provocation à engager, le si bel article 19 de la Déclaration Universelle des droits de l'Homme: "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."
 
Une déclaration  de la Cour, en 1971 dénonçant l'occupation par l'Afrique du Sud de la Namibie, avait déclenché le boycott international.
Et les "héros" militaires du dernier carnage de Gaza ne s'y trompent pas;
ils sont fêtés chez eux mais, se sachant criminels de guerre
par toutes les exactions commises qu'ils ont ordonnés,
ils évitent à présent de sortir de leur pré carré blanc bleu.
Car tout comme lors de la campagne visant l'Afrique du Sud, le coeur du problème Proche Oriental est bien la question du Droit,
et de son application à tous.
Aucun état ne peut faire fi du droit aussi longtemps, aussi délibérément et aussi impunément qu'Israël.

En 1990, une résolution du conseil de Sécurité exigeant le départ de Saddam Hussein du Koweit a repris mot pour mot celle qui exigeait
le départ d'Israël de la Cisjordanie.
L'Irak a été chassé.
Israël, par contre, a été récompensé, notamment par Barak Obama annonçant une nouvelle "aide" de 2,8 milliards de dollars, qui ne représentent c'est vrai qu'une partie des 30 milliards que les contribuables américains prélèveront, vaille que vaille, sur leur économie dévastée
durant cette derniere decennie.

Sur notre trottoir, cet espace infime et clos qui nous est concédé par l'Egypte
et la France, les difficultés surgissent rapidement,
tant de monde parqué sur un si petit espace!
Mais ce qui devrait nous décourager nous galvanise.
Nous vivons ici, pour un temps minuscule, un modeste aperçu de ce que vivent depuis 61 ans nos amis interdits de visites.

Les mêmes techniques employées contre les Palestiniens sont reprises ici.
En premier lieu, nous déshumaniser en s'attaquant à un besoin vital
L'accès aux toilettes de l'ambassade est négocié pied à pied avec notre ambassadeur, qui préférerait nous évacuer tous sur le lycée francais du Caire, où nous disposerions, jusqu'à notre départ, de toutes les commodités, tant pour le gite que pour le couvert, qu'est en mesure de nous offrir notre pays par la voix de son représentant, si enclin à nous porter secours!.
Mais nous ne souscrivons pas à cette offre "généreuse".

Alors nous sommes punis, nous devons prouver notre nationalité française avant que de pouvoir soulager nos vessies, nous devons faire la queue pour nous rendre, par paquets de 4 à 5 personne, jusqu'à l'unique toilette d'une ambassade immense qui, de facto, n'a pas l'air de prendre en compte les normes  d'hygiène obligatoires pour tout logement en métropole!

En attendant mon tour à l'intérieur de cette vaste batisse, je lis sur des boites les noms et fonctions des personnels, nombreux, travaillant ici . 
Qu'elle n'est pas ma surprise, (partagée avec tous car photographiée céans et scéance tenante, même floue car à la dérobade à la Sarrazin comme aurait pu l'écrire ma copine Albertine par de nombreux postulants
à cet endroit, ecce hic, dans ce lieu-ci, 
où l'on ne peut se rendre que seul,)
en découvrant sur l'une de ces toutes proches boites aux lettres :   
Courrier Extérieur Mossaad

Le Caire 029
 
Par Jupiter ou Ramsès II foi de Cambronne ça m'en bouche quand même un coin que de trouver mentionné là, si proche du p'tit coin
et donc des grandes affaires....ex nihilo nihil mais..... in cha'Allah
puisque le nouveau patron, le nouvel élu le frais et moulu émoulu chanoine "Dieu" de ma douce et chrétienne terre de France semble ainsi, ici, en l'affichant sans vergogne, permettre un tel scoop!
 
Les autres services secrets, dont les nôtres, doivent être à ce point secrets qu'ils n'apparaîssent pas, eux, sur ces boites à lettres!
Je comprends mieux à présent tous ces bâtons qu'on nous place entre les jarrets..Mais que sont ces quelques trublions français
dans cette marée humaine égyptienne?

 Messieurs les si fiers inventeurs de "l'identité nationale"
,que représente au juste la France, ici et même ailleurs?

J'ai pu ainsi et aussi constater, quand même un peu surpris,
dans le magnifique aeroport du Caire,
l'absence aveuglante de la seule compagnie Air France!

Je suis averti, peu après, que ce 29 décembre 2009, alors que 1400 anonymes essaient sans succés de remplacer, de ressuciter pour une semaine les 1400 autres anonymes assassinés l'an dernier à Gaza, Mohamed Jassier, gazaoui, devient la 367éme nouvelle victime depuis le retrait israélien,des lâches lachers de bombes GBU 39 et de leurs cargaisons de cancers. Mohamed est mort d'un cancer développé rapidement parceque même ceux qui ont besoin, urgemment, d'un traitement médical pouvant les sauver ne sont pas autorisés par l'ennemi à s'extraire
le temps de leur traitement de cette bande maudite.

J'avais pu voir ainsi, au sein de la Moquata'a assiégée l'un des 300 jeunes soldats défendant leur vieux chef. Ce jeune évoluait difficilement et douloureusement sur un fauteuil roulant. Il avait été atteint dans le dos d'une rafale de 17 balles d'un pistolet mitrailleur tirée par un soldat israélien.
Plusieurs chirurgiens, notamment français,
avaient proposés de l'opérer en leurs services.
Mais l'Occupant en avait déjà décidé autrement, et la nuée constante
de ses camarades l'entourant est un de mes grands souvenirs.
 
N'oubliez pas Mohamed et tous ses ressemblants, ils avaient un nom.
Chaque fois que vous entendrez ou verrez sur nos radios et télés  notre commentateur vedette pontifier sur le sujet et mettre sur le même pied ceux qui souffrent et ceux qui planifient, ordonnancent et mettent en oeuvre
toutes ces basses oeuvres, toutes ces indicibles souffrances,
n'oubliez pas Mohamed et ses pairs ..
Ayez une pensée, aussi, pour la présidente de l'AFPS, Association France Palestine Solidarité, interdite de séjour en Israël comme  Claude Léostic et moi-même, et qui espérait pouvoir passer, cette fois sur Gaza, ce 31/12/09, terrassée par une crise cardiaque ici, à nos côtés.
 
Ce sont les lancinantes répétitions d'atroces exactions qui ont fait se lever et converger ici, dans cette matrice du Caire, tant de gens différents, qui additionnent leurs différences pour vaincre toutes les difficultés
et faire qu'en Palestine, l'espoir soit encore tenace et chevillé
au corps de chaque enfant, chaque vieillard, chaque habitant palestinien.

On gueule, jusqu'à en mourir ici, l'aspect insupportable du traitement infligé aux palestiniens. On s'oppose à ceux qui collaborent avec les projets racistes des sionistes. Et c'est un piège l'idée qu'il faille proposer quelque chose
à la place de nos cris.
On s'oppose, et quand on s'oppose à un tel déni de justice, déjà on propose quelque chose, on propose et on restaure la solidarité moquée, l'amour désuet, le désir de justice, la joie pure, c'est à dire qu'on peut et qu'on doit s'opposer au programme d'Israël même si on n'a aucun autre
programme de remplacement.
Parce que  par dessus tout, nous savons qu'il faut réclamer ce droit-là.

Pour marquer cet anniversaire infame pour Israël,
la marche humanitaire à laquelle Gerard et moi et tant d'autres participons réuni plus de 1400 ressortissants de 43 pays!

Cette marche symbolique, bloquée à présent sur le bitume égyptien, comprend des juifs, des chrétiens, des athées, des jeunes et des vieux, des syndicalistes engagés, des artistes enragés, des musiciens soucieux de ne pas commettre de fausses notes, des écrivaillons conchieurs d'écrits de cris et d'une caravane de centaines de véhicules pleins de vivres et de médicaments emmenés par un député anglais.

Tout ce p'tit monde a convergé sur l'Egypte, car c'est le seul pays par lequel on puisse encore passer pour entrer en Palestine sans avoir à subir les interminables interrogatoires israéliens. Tous les autres sont vérouillés par des gardes-frontiéres tenant partout, illégalement, des frontières mouvantes, sans cesse réactualisées en fonction de l'appêtit du colon occupant.

Même si la dictature du Caire, soudoyée par les USA, a empêché et continuera d'empêcher la plupart d'entre nous d'arriver à Gaza, les habitants de Gaza la martyre, les captifs de cette prison empoisonnée à ciel ouvert ont su, par les medias arabes, qu'ils n'étaient plus seuls, et leurs enfants affamés ont grimpé sur les murs de leurs ruines et ils ont brandi vers le bleu de l'azur, tout là-haut, le drapeau de l'espoir palestinien.

Des nouvelles nous parviennent, parfois même de nos garde chiourmes, et nous savons alors que nous ramons dans le bon sens,
qui est celui de l'Histoire avec un grand H.

Et ceci n'est qu'un début.
C'est vrai, j'suis crevé, pas bouffé, pas dormi, dur dur,,, Le Caire 019

Mais je vois la détermination de mes camarades de galère, leur joie, leur colère, et je me sens un bout de leur chair, un bout de leur âme.
Mon corps, même corseté de plastique dur, est un pays en guerre, et les égyptiens et les israéliens ne connaîssent pas le bout de son courage de sa  vaillance.

J'étais présent hier matin au meeting tenu par les américains, au Sun, le petit hôtel miteux où ils logent, j'ai goûté leur enthousiasme juvénile et indestructible et leur baiser est encore là, sur mes lèvres, se gaussant des milliards de sales particules que charrient les rues et les avenues fliquées.

Continuons à battre la semelle, à agiter nos drapeaux palestiniens au-dessus des matraques et des casques égyptiens, partout, des actions se montent,
 pour que la peur change enfin de camp.

Les puissants, pour protéger leurs privilèges, sont contraints d'aller chaque jour un peu plus loin dans l'ignominie, ensemble ils se réunissent dans des camps de plus en plus fortifiés, retranchés, et ils se voient de plus en plus laids et gras dans le regard l'un de l'autre, et ils se disent :
" Encore combien de temps à voler au temps
avant que n'advienne l'inéluctable?
Et ils transpirent et ils commencent à trembler..
Ils savent qu'ils sont allés trop loin,
et ils ne savent pas mettre les pouces, lâcher du lest.

Nos gouvernants sont en train d'autoriser Israël à détruire
la notion même d'Etat Palestine et de garder,
en l'affamant dans un cloaque, toute une nation derriere des barreaux.

La peur a changé de camp l'an dernier, lors de cette attaque monstrueuse. C'est ce qui m'est apparu alors de façon évidente
dans l'ampleur du carnage d'un si minuscule territoire.

Tous étaient des civils, tous étaient des résistants, beaucoup d'entre eux ont perdu la vie, des milliers ont été blessés, mais leur inouïe souffrance est devenue depuis une métaphore de la tragédie imposée aux peuples du Moyen Orient et, au-delà, de tous les peuples opprimés.

Mon numéro de décembre du monde diplo et le dernier "Manière de voir" portant sur l'Afrique me servent la nuit de matelas mais sont l'un comme l'autre très prisés de tous dans la journée.
Et je m'en réjouis, car dans ces feuillets souillés et froissés
se balladent encore quelques beaux et propres esprits libres,
et que nous en avons diantrement besoin.

Selon les dépéches de l'AFP et des rares autres agences de presse alimentant nos medias en mensonges éhontés car contrôlés, les attaques d' Israël ont toujours pour cibles d'importants militants du Hamas....

A chaque fois on nous ressort la fable éculée de violents affrontements entre ces mêmes militants et les F16 israéliens.

Mais avez-vous jamais pris le temps de décrypter un seul de ces affrontements, relatés ad nauséum sur nos medias si bien renseignés?

Invariablement, immanquablement, la voiture ou la bicyclette  ou la maison des militants est détruite par l'explosion d'un missile largué de 10 000 m par un bombardier, un avion de chasse ou un drone.

Mais qui donc étaient ces militants?
Selon ce qui m'a été donné à voir lors de mes différents séjours sur Gaza et comme je l'ai déjà écrit maintes fois, tous les habitants de Gaza
sont des militants, car tous essaient bien naturellement de
résister à leur gardien et leur bourreau.

Plutôt que de reprocher aux Gazaouis leur légitime résistance, notre tâche de citoyens d'un monde libre est bien de les soutenir et de les aider à réunir les conditions du "choix des armes", et de leur permettre d'
agir en toute conformité avec ce choix.

Quand à (l'inquiétante) infrastructure du Hamas qui, à chaque fois, est démantelé pour curieusement mieux renaître de ses cendres le lendemain, il s'agit-là d'un parti mis en lice par Israël qui a gagné les élections démocratiques en Palestine. Ses dirigeants ont pratiquement tous fait leurs études supérieures dans des grandes écoles aux Etats unis et en Europe.

Dire cela, écrire cela fait mauvaise impression.
Mais je me fous ici de l'impression que je vais ou non donner de moi
à mes geôliers et à leurs amis. Parler de la résistance palestinienne en ces termes journalistiques est difficile car celà suggère, in fine, que les gens qui étaient à l'intérieur de leur maison explosée, de leur voiture atomisée et tous les autres, qui au cours de cet affrontement au si long court ont eux aussi affrontés les bombardiers, tous ceux-là et leurs mères et leurs soeurs n'ont jamais été que les victimes d'une monstrueuse injustice.

13Sorrow.jpg

Et cela ne se dit pas, et cela ne s'écrit pas,
car cela suggère très exactement la vérité telle qu'elle est.
(Selon certains), nous rabâche nos grands reporters de guerre incapables de mettre le pied sur le véritable théatre d'opération, Hamas a provoqué cela, et a été justement châtié par Tsahal. Sans doute est-il alors fait référence aux roquettes artisanales lancées contre Israël et qui n'ont jamais tué personne!

J'enrage,  seul au milieu de cette foultitude amie et sous la garde de toute cette maréchaussée, d'avoir ici même à faire encore et toujours cette mise au point, ce rectificatif qui ne semble évident qu'à mes yeux car j'ai entendu cette argumentation spécieuse jusque dans nos rangs!.

N'oublions pas, n'oublions jamais que, selon le droit international, une population occupée ou assiégée a non seulement le droit mais également le devoir de se servir d'armes contre des forces d'invasion.

Ce droit-là, bizarrement, n'est jamais rappelé par nos éminents et doctes spécialistes du chaudron du Proche et du Moyen Orient, ceux-là même qui, pour certains et non des moindres, n'ont jamais mis les pieds sur cette partie du monde et, quand ils y vont, demeurent dans leur hôtel payé par leur journal, comme j'ai pu le vérifier au moins deux fois. Ce sont eux qui font  réference à une "guerre infinie" lorsqu'ils traitent ce sujet d'actu brulante.

Que l'on commence par faire taire ces "dealers"d'opinions qui, à force de les instrumentaliser au seul bénéfice d'Israël, ont largement contribué à leur corruption. Que l'on fasse taire ces aboyeurs de salons prétendus philosophes, ces soi-disant humanistes qui cachent leur cynisme et leur parti pris sous le masque douloureux d'une fausse et sélective compassion.

 Redonner leurs lettres de noblesse aux idéaux qui font tant défaut à l'humanité suppose que l'on proclame leur validité partout pour tous.
Mais pourquoi faut-il nécessairement que ces vertueuses indignations, ces belles résolutions soient frappées d'évanescence dès qu'on aborde
les rivages de la Palestine?
 Non, il n'y a pas de guerre, il n'y a pratiquement jamais eu de guerre,
ou alors celle des 6 jours.
Il y a, par contre, cette exemplaire résistance farouche, inflexible, de la population la plus pauvre, la plus vulnérable sur terre, à une odieuse et inique occupation qui perdure illégalement, imposée par la quatrième plus grande puissance militaire au monde. Cette armée/nation s'est donnée un nom, Tsahal, et se complaît à se parer du titre de plus morale armée du monde! Elle peut puiser sans vergogne dans des stocks d'armes et de munitions qu'elle ne paie même pas et qui sont toujours au top de la technologie avancée des armes, car c'est la superpuissance amie qui s'en occupe. Ces armes de destruction massive vont des bombes à fragmentations éternelles, (4,5milliards d'années) aux bombes à phosphores, interdites sur des populations civiles, en passant par d'autres bombes dont les ogives abritent
chacune 8000 flèches d'acier blindé et en finissant par le
seul stock inconnu au monde de bombes thermonucléaires!

Sans évoquer à nouveau ce massacre de Gaza, qui a motivé mon actuel déplacement, les forces d'occupation israéliennes ont assassinées depuis la deuxième intifada plus de 4000 palestiniens!
 Plus de la moitié d'entre eux étaient des enfants!

Alors, alors pourquoi tolérer plus longtemps ces "couvertures médiatiques" tronquées, ces procés pour antisémitisme lancés par les sionistes racistes du CRIF et relayées servilement par nos politiques,  de droite comme de gauche, cette chasse aux sympathisants palestiniens traités ici,
en Egypte, de hooligans et de dangereux activistes!

IMG_2125.jpg

Il y a parmi nous une rescapée des camps de la mort.
A 85 ans, cette juive américaine a même entamé une grève de la faim pour que nous puissions nous faire entendre du gvt égyptien!
Et ce matin, mes amis étatsuniens, voulant faire une manife comme la notre ont été tabassé devant l'ambassade d'Israël!  
Le nez dans la poussière et les oreilles grandes ouvertes pour profiter des concerts offerts par tous nos jeunes, j'me rends bien compte qu'un an plus tard, la situation a encore empiré, elle s'est momifiée.

IMG_1817.jpgIMG_2170.JPG

Aucune institution internationale, aucun homme politique, aucun gouvernement n'a tenu ses promesses et, drapé dans mon vieux drapeau, je ne peux plus les croire, car ces mensonges sont trop bien gardés.

IMG_1884-copie-1.JPGIMG_1925.JPG

Sur le green des jardins de l'ambassade de france qui devrait nous protéger nous abriter patrouillent à présent de jeunes rambos en civil, aux coupes de cheveux très courtes, engagés dans quelle arme? Loeil aux aguets, l'oreille gauche avalant une prothèse, ils veillent et nous surveillent.

Les milliards de dollars et d'euros qui devaient être versées à Gaza pour  redresser ses décombres ne l'ont pas été et l'UNRAW construit à présent des maisons en briques de terre crue, car Israël n'autorise pas l'entrée du ciment, des crayons du papier des patates du verre etcetcetcetc.......et qu'une prochaine frappe aveugle pourrait bien à nouveau entraîner des pertes humaines mais surtout des destructions d'immeubles payés rubis sur l'ongle par la communauté internationale, jamais par les casseurs!

IMG_2073.jpg

L e siège que nous subissons au Caire devant notre ambassade est grandguignolesque comparé à celui subi par  nos fréres des Palestine.
Ce siège asphyxie Gaza et s'insére dans les mécanismes défensifs routiniers de l'Etat d'Israël.

Aujourd'hui, ce jour toujours d'huis, à la mort brutale provoquée par des armes de guerre proscrites partout ailleurs au monde a succédé la mort lente par cancers, par manque d'eau potable et absence de nourriture, c'est une agonie programmée qu'une grande partie du monde ne perçoit pas
car elle n'ouvre pas sur les journaux télévisés.
Elle n'existe pas car elle ne fait plus les grands titres de notre actu.

Avec l'édification du mur d'acier dans le couloir de Philadelphie, réalisé grâce au concours actif des Egyptiens mais aussi des américains et des français, Israël emploie à présent l'arme suprême qu'est l'arme de la faim car les tunnels, désormais inopérants, n'atténueront plus la disette et la pénurie .

Alors que l'argument jusqu'à présent avançé de ripostes aux roquettes artisanales ne tient plus, car les etats unis ont offert à israel leur dernier système de fusées antimissiles tout autour du territoire assiégé,
le garrot se resserre autour des captifs de Gaza.

Le jour, illusoire, où Israël annoncera sous la pression de citoyens comme vous comme nous une hypothétique reprise d'énièmes négociations de paix, il n'y aura plus rien à négocier.
De ce rien-là il faut faire quelque chose, il va nous falloir tenir encore quelques jours ici, et il va nous falloir dénoncer l'innaceptable et nous porter à nouveau et demeurer aux côtés de celles et ceux qui osent encore résister dans une ultime dignité, même si nous sommes qualifiés de hoologans et de dangereux activistes par Moubarak and Co

.IMG_2472.JPGIMG_2481.jpg

Voilà un échantillon des dangereux "hooligans" du Caire!

S'il est une chose que nous savons et que les gouvernements sionistes successifs savent pour l'avoir maintes fois vérifié, c'est que le peuple palestinien ne cède pas d'un pouce et qu'il ne cédera pas.

Et pour ceux qui auraient encore quelques doutes, ajoutons à cette certitude une seconde vérité du temps qui passe; l'Histoire est du côté des Palestiniens, et ce sont eux qui représentent pour aujourd'hui et pour demain l'espoir des valeurs humaines les plus hautes, les plus nobles.

IMG_2017.jpgIMG_2030.jpg

Résister à l'oppresseur, défendre ses droits légitimes et sa terre, et ne jamais céder à l'arrogance et aux mensonges
qui caractérisent si bien les puissants.
Quand aux pouvoirs israéliens, égyptiens ou autres collaborateurs, je pense aux fatâwâ des ulamâ égyptiens appointés par moubarak à propos du bien fondé du mur d'acier, ils passeront.
Ils passeront, inexorablement, et ils seront tous, heureusement, oubliés.
Heureusement.
Le devoir de mémoire se mue en invitation à l'oubli quand il s'agit des noms et coupables agissements de dictateurs, de traitres et de lâches.
Et il ne se trouvera pas grand monde pour les pleurer.

Par-delà la tension permanente et la pression continue, physique,
des boucliers, des matraques et des uniformes noirs
de nuits rendues impossibles

IMG_2002.jpg

 j'emporterai en moi, du Caire, l'immense force d'avoir inscrit, individuellement et collectivement, une action, dans la responsabilité morale que nous avons tous en tant que citoyens du monde de nous lever,
encore et toujours, contre l'injustice.

Du Caire à Gaza, en passant par Mâcon dont j'ai pu avoir des news ce matin, je sais que le monde a frémi, qu'il a vibré sur une note grave au rythme de la Palestine.... au rythme des défilés criards et festifs que nous faisons sur notre morceau de trottoir, en une marche confinée mais décidée
pour la justice et la liberté de Gaza.

IMG_2067.jpg

Le garrot se resserre sur les cous graciles de nos amis de palestine mais l'enthousiasme se lève et balaiera tout. Les Israéliens le savent, la grande horloge de l'inéluctable compte à rebours est déclenchée.

Nous qui pouvons encore bouger, encore parler, encore écrire, aidons la Palestine à faire enfin valoir ses droits, pour que les victimes soient enfin reconnues, et que les bourreaux les assassins soient traqués,
jugés et condamnés.
C'est mon voeu le plus cher, que je vous partage en cet an qui bascule, immobile , d'un vieux Caire d'où je n'aurais même pas vu les pyramides

ambassade_article_presse_egyptienne.jpg

Mais la plus ancienne de toutes les pyramides, elle, aura bien vu six d'entre nos jeunes monter à l'assaut de ses flancs. Ces six dans leur banlieue parisienne tuent l'quotidien à sauter d'immeubles en immeubles.
Ils ont laissé sur place les keufs égyptiens et ont pu immortaliser
un moment fort de notre présence en Egypte.
Gageons que cette photo fera le tour du monde,
et sera épinglée dans plus d'une ruine gazaouie!

IMG_2459.JPGIMG_2409.JPG


L'homme, à la fin, terrassera la bête!

3.jpg

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article